ROI projet ERP : comment le calculer ?

CAPTIVEA

Un ERP est structurant pour votre entreprise. Il impacte votre organisation interne et externe. C’est un projet à long terme, c’est pourquoi vous devez toujours garder à l’esprit les raisons qui vous poussent à le faire. Calculer le ROI vous permet à la fois d’en mesurer les risques financiers et d’embarquer les collaborateurs les plus réticents. Dans cet article, nous vous expliquons comment calculer le ROI de votre projet ERP.

ROI projet ERP : les éléments à prendre en compte

Le retour sur investissement (ou ROI) est le ratio entre les bénéfices et les coûts de l’ERP sur une durée donnée. Pour le calculer, il est nécessaire d’évaluer les éléments suivants :

  • Les coûts : grâce aux devis fournis par votre futur partenaire, vous évaluez précisément les coûts (acquisition du logiciel, maintenance, intégration, formation…).

  • Les bénéfices : plus difficiles à chiffrer, ils sont de plusieurs ordres :

    • augmentation du chiffre d’affaires,

    • diminution et maîtrise des coûts,

    • gains en productivité et en agilité.

  • La durée : votre projet ERP ne sera pas rentabilisé à court terme. Pour autant, vous définirez le délai qui vous semble raisonnable pour mesurer les résultats.

Pour que le calcul du ROI soit juste, vous aurez besoin de savoir également quoi et comment mesurer, quels indicateurs mettre en place afin que les utilisateurs partagent les mêmes objectifs.

Bien calculer le TCO (Total Cost of Ownership)

Calculer le ROI de votre projet ERP va de pair avec le calcul de votre TCO (ou coût total d’acquisition). Il ne s’agit pas uniquement de prendre en compte le coût de licence et celui du paramétrage, mais d’évaluer également les coûts cachés (ou indirects). Voici quelques exemples d’éléments à intégrer à la réflexion :

  • Les coûts matériels et logiciels du SI, de l’infrastructure et des postes de travail

  • Les coûts de déploiement et d’intégration

  • La consommation électrique

  • Les risques en termes de sécurité

  • Les coûts de maintenance, de formation, de mise à jour, d’évolution

  • Les coûts de gestion de projet

  • Les coûts en cas de panne…

Le TCO permet de calculer plus facilement le ROI, c’est un argument de plus pour objectiver la réussite du projet IT de manière précise.

calculer tco

Échec projet ERP : ce que cela peut vous coûter

Dans une enquête de Panorama Consulting Solutions réalisée en 2015, 21 % des entreprises interrogées ont déclaré que leur projet ERP avait été un échec. Les défaillances peuvent être nombreuses.

echec projet erp

Penons l’exemple de MillerCoors. En 2014, l’entreprise décide de déployer un ERP global pour l’ensemble de ses filiales. En 2017, le projet a tellement dérivé (plus de 47 défaillances et des milliers de problèmes induits) que la structure a décidé de poursuivre en justice son partenaire et demandé 100 millions de dollars de dédommagement.

Chez Revlon, un problème de déploiement a généré des millions de dollars de ventes perdues et occasionné de nombreuses défaillances sabotant la production d’un site entier. De plus, des dépenses liées à ces dysfonctionnements ont dû être engagées, plombant ainsi l’action du groupe et engendrant des poursuites de la part des actionnaires.

projet erp
echec déploiement erp

Chez Lidl, une migration du système de gestion des inventaires interne vers un ERP a été décidée. Cependant, après deux ans de projet et 500 millions d’euros dépensés, l’enseigne a décidé d’interrompre le projet, car le partenaire n’a pas su adapter le logiciel à ses besoins.

Ces exemples concernent certes de grands groupes, mais ces situations peuvent aussi se reproduire dans les PME. Les risques d’un mauvais déploiement sont non seulement financiers, mais impactent aussi la productivité de l’entreprise, l’implication et l’engagement des collaborateurs… D’où l’importance de bien choisir son futur partenaire et de bien évaluer au préalable le ROI de votre projet ERP et les coûts cachés qu’il peut générer.

Revoir vos outils informatiques : quel ROI ?