La BI au cœur de la performance

Optez pour une solution de Business Intelligence

Captivea France, David Jardin

La BI a le vent en poupe. Pour autant, les entreprises tardent à s’équiper ou peinent à obtenir de la Business Intelligence les résultats escomptés. Cette technologie mérite-t-elle qu’on y investisse ? Le point de vue de David Jardin, directeur général de Captivea. 

Avec l’explosion des données, la BI est une véritable lame de fond. Les chiffres au niveau mondial le prouvent. En 2018, les entreprises ont augmenté de 60 %* leurs dépenses en matière d’applications BI, dépenses qui atteignaient déjà en 2017 18,3 milliards de dollars**. Dans le même temps, on note que le taux d’adoption de la BI en entreprise ne dépasse pas en moyenne les 30 % en 2017***… Le chemin est certes long entre un projet et son aboutissement. Même si l’époque n’est pas à un paradoxe près, chez Captivea, on aime quand même bien avoir les idées claires. Et en matière de BI, notre conviction est faite. Je vais d’ailleurs vous partager la mienne. 

cahier des charges erp

Conviction 1 : la BI est un outil irremplaçable dans les organisations pour prendre les bonnes décisions

La prise de décision est la vocation de la BI. En français, « business intelligence » se traduit par « informatique décisionnelle ». Elle désigne donc l’ensemble des technologies, applications ou outils permettant aux entreprises d’analyser les masses de données croissantes dont elles disposent, au profit de leurs prises de décisions. En d’autres termes, la BI n’est pas une fin en soi, mais un processus d’analyse de data, dirigé par la technologie : elle collecte et consolide les data utiles, les analyse, les restitue et les présente de telle sorte qu’elles soient compréhensibles du plus grand nombre et qu’elles aident pleinement les dirigeants et acteurs de l’entreprise à rendre les arbitrages les plus éclairés possibles. C’est un levier indispensable quand on sait que le volume mondial de données double tous les trois ans**** et que, chaque jour, 2,5 quintillions de bytes de données sont générés*****.

Conviction n° 2 : le tableau de bord est, et restera, le cœur du réacteur de la BI 


Qui n’a pas pris peur devant des centaines de lignes d’un tableur Excel et des dizaines d’onglets ? Le nombre de données brutes traitées par la BI peut aussi effrayer. La grande différence réside dans la capacité d’un logiciel de BI à les mettre en scène dans un tableau de bord qui garantit un aperçu clair et ordonné des informations clés. Très visuel, le tableau de bord a réellement changé le rapport aux données qui deviennent accessibles et compréhensibles. Mis à jour quasiment en temps réel à l’aide de technologies cloud, il offre aussi la possibilité aux utilisateurs d’interagir avec les informations, ce qui facilite leur appropriation.

déploiement erp
déploiement crm

Conviction n° 3 : la BI favorise le travail collaboratif 


Si les entreprises ont tout intérêt à tirer profit du travail collaboratif, la coopération des équipes ne se décrète pas pour autant et les silos ont la vie dure…La BI répond aussi à cette problématique, visant bien plus qu’un “simple ” partage de data, aussi stratégiques soient-elles.  Ainsi, aux traditionnels tableaux de bord, les acteurs de la BI ont ajouté des fonctionnalités de marquage, de commentaires, d’évaluations et d’annotations, permettant à chacun de contribuer à l’interprétation des données, quels que soient sa position hiérarchique ou son service, au plus près du terrain. Cette dynamique collaborative est ainsi plus engageante pour les équipes qui adhèrent d’autant plus aux décisions qu’ils en sont les acteurs...


Conviction 4 : la BI est un levier puissant pour améliorer la performance d’une entreprise


En regroupant et en centralisant les différentes sources de reporting financier notamment, la BI contribue directement au pilotage et à l’amélioration des performances de l’entreprise. Elle communique aux décideurs toutes les informations nécessaires à une gouvernance efficace de leur structure ou utiles pour anticiper certaines tendances. 

Il n’en reste pas moins vrai que la BI n’est puissante qu’à partir du moment où l’on sait répondre à une question essentielle : “quelles données analyse-t-on et pour quoi faire ?” L’outil ne compte pas tant que le raisonnement qui amène à l’utiliser. 

Rien de neuf me direz vous? Pas si sûr quand on voit que 64% des décideurs ont des difficultés à obtenir des réponses depuis les tableaux de bord de leur solution BI******. Quelles réponses me direz-vous? Là est toute la question. Chez Captivea, avant même de choisir pour nos clients  une solution BI comme POWER BI, nous proposons à nos clients un accompagnement complet spécifique, leur permettant de tirer le meilleur parti de l’outil qu’ils ont choisi : analyse du besoin, définition du cahier des charges, choix de l’outil, aide au déploiement, formation… Un préalable indispensable à la réussite de tout projet BI. Et vous, quelle est votre expérience  en matière de Business Intelligence?  

* Louis Columbus, Forbes, février 2018 

** Rapport Gartner 2017 , Magic quadrant analytics Business Intelligence

*** Gartner Magic Quadrant for Business Intelligence (BI) 2018

**** McKinsey Global Institute

***** IBM

****** Forrester

Le top 5 des solutions de Business Intelligence

Selon le rapport Tech Impact' 19, les entreprises s’appuyant sur les solutions de BI croissent 3,5 fois plus vite que les entreprises en général. Dans le top 5 des technologies de BI utilisées dans ces structures figurent : 

Progress Software

Qlik

IBM Cognos

Alteryx